Elle était africaine et avait passé la nuit, étendue sous cette couverture bleue, sur le parvis de l’église Santa Maria del Mar dans le quartier du Borne à Barcelone. Je l’ai découverte au petit matin. Elle ne sait pas que je l’ai photographiée.

Lorsque je regarde ce corps étendu, je vois les cadavres enveloppés de suaires et de «body bags» ainsi que «le Christ mort» représenté par Hans Holbein le jeune. Je me rappelle des drapés discutés par l’historien de l’art Aby Warburg qui notait que ceux-ci figent le mouvement du pathos.

Depuis les attentats de Madrid, des patrouilleurs inspectent le métro plusieurs fois par jour. J’ai réussi à m’étendre sous ma couverture dans quatre stations de métro sans me faire interpeller, la traînant un peu partout comme Linus dans Peanuts.